samedi 14 juillet 2012

vendredi 13

Hier, une fois de plus, c'était vendredi treize.
Le genre de jour où les gens jouent, parce qu'ils y croient .
Moi pas.
A midi, je n'ai pas pu terminer mon repas.

Figurez vous qu'hier,  j'ai couru.
J'ai couru comme une dératée, courir, je déteste ça,
pour fuir un homme qui venait spécialement pour moi.
Pourtant, j'allais à sa rencontre.
Je lui ai mis vingt secondes.

Il avait une très grosse voiture.
En s'arrêtant à ma hauteur, il m'a souri, et il m'a dit:
_" Mais c'est pour vous que je me suis déplacé !
_ C'est sûr, mais j'y vais!"et j'ai démarré.
_"Madame, vous avez de la chance, vous savez".
J'ai crié "Oui, je sais",  et je lui ai envoyé un baiser.

Puis j'ai roulé un peu, je me suis garée, 
et j'ai viré l'autocollant:

                      

Celui là, au moins,  ne m'aura pas sabotée.

3 commentaires: