samedi 31 mars 2012

encore l'escalier

Je connais bien le risque, mais parfois, trop chargée, j'abdique. L'ascenseur, c'est la loterie. Trop lent au démarrage. Et parfois, c'est trop tard...La voilà. Chienne en laisse, regard vide, queue de cheval. Qui donc est la maîtresse? Deux ans durant, elle avait pris ses aises. La veuve Pignard, que j'ai propicement relayée, était morte depuis longtemps. Mais ses enfants, s'entretuant pour la succession, avaient eu bien du mal à vendre. Trop gourmands. Au premier jour, la voisine m'avait détestée. Motif? je venais d'arriver. C'est un argument écrasant, la nouveauté. Surtout quand elle occupe l'espace vacant. Pour rétablir la symétrie, j'ai partagé l'inimitié.

Vous montez?
Septième ou rien, comme vous savez.
Vos amis parlent fort. 
J'en ai encore
La lessive au balcon, c'est interdit. Ici, c'est pas l'Italie.
Vous n'y êtes pas allée? Dommage, c'est joli.
Dimanche, vous étiez mal garée. 
Mon créneau, c'est la fantaisie.
Il y a des règles à respecter.

J'ai toujours préféré l'escalier. Le mien a de la chance. Ventilé, naturellement éclairé. Mais surtout, bavard. Les poubelles en attente_la flemme_ , les tapis-brosse spirituels, où dorment, par ordre de croissance, les souliers, tout comme dans le petit Poucet. Les plantes en hivernage, qui crèvent la soif. Celles qu'on arrose, qui ont su se faire aimer. Le  vélo du petit dernier. A Noel, le gui, ou les guirlandes.
Ici, les logis sont petits. L'été, c'est le merdier. Ils débordent et annexent, souvent, la moitié des paliers. Le soir, il faut enjamber. Mégots, bières vides. Chacun sa villégiature.  L'ado se plait dans l'entresol , de préférence entassé. J'ai suggéré la double fonctionnalité. Depuis, dans la demi-volée, la canette se fait cendrier. Le tas vautré se fait moins engueuler.

 A chaque étage, sa petite histoire.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire