mercredi 27 juillet 2011

un jus chez Momo

Y faisait frais, y avait du vent. Les gens craignaient la pluie, j'ai eu la meilleure table. J' avais pas de rencart, à part avec moi-même.  Mais voilà. Chaque fois que je m'en jette un là-haut, je tombe sur ce nigaud de Momo. Ce tôlier là s'ennuie; Momo est bedonnant, _pas grosse, de celles qui fluent_  et fume des clopes tout le temps. Y peut pas s'empêcher quand il tombe sur une fille. Y branche.
"_Tiens, v'la la sorcière"
Momo est physionomiste.
"_On se refait pas. C'est la mode, les chemises de cow-boy?
_Elle est pas bien?
_C'est pas moi qui l'ai dit.
_Qu'est-ce que je vous sers?
_A votre avis?
_Pardon...
_ Pardi."

Il se plante devant moi.
"_Dites donc, y va être froid.
_Oui, c'est le temps qu'est pourri.
_Vous allez quand même pas me refaire le coup des affaires.
_Ben si.
_Avec une terrasse comme ça, je vous crois pas.
_C'était mieux avant.
_Ah. Quand ça puait le carburant?
_Ça passait plus. Cette année, c'est le pompon.
_Ça y est, on boit le bouillon?
_Je sais. Vous préfèrez la bière.
_C'est parce qu'elle peut refroidir.
_Méchante. Sérieux, avant, c'était mieux.
_Vous aussi.
_Harpie.
_J'y vais.
_Vous voulez rien manger?
_Trop cher.
_Allez, un autre café. Cette fois, j'le fais chauffer.
_Encore heureux. On se pèle. Ça sera mieux quand ça sera fermé.

_Saleté.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire