lundi 28 février 2011

alone in Alonne

C’était en avril, sur ma toile.
Au jeu du solitaire, pour gagner, il faut éliminer. Mais d’abord, aligner, sur le boulier : consonnes, voyelles, formaient, en colonnes, l'ébauche de ma collection d’esseulés.
Qui sonne ? 
« Alone in Alonne ».
L’annonce est sans ambiguïté. Il s'agit bien d’un isolé.
L’accent est gainsbourgeois. Facile? Les plus jolies chansons sont celles que sans penser, on fredonne. Il aime Paris, et Louise Bourgeois. J'aime cette femme, et ce qu'elle fait. Il a collé quelques images. Drôle de chantier.  J’envoie, en retour, une très belle araignée.

L'homme est aussi un homme qui nage. Les endurants m'attirent. Ceux qui marchent, roulent, courent, longtemps. L'effort est continu, pas d'épate. Cette volupté, je la connais. Sous les plots, la culbute enchaîne des pensées minimales. Approche, enroulement de la tête, corps groupé, rotation, poussée, développé-coulé, et de nouveau, la longueur, d'un trait.


Je suis tentée alors, d'amorcer un portrait, sur quelques pages, centré sur l'axe noir, épais, d'un fond de bassin carrelé. Je suis la ligne d'eau, jusqu'à la butée.... Il est trop loin, et rien ne sert de spéculer. Dommage. Le rendez-vous? Jamais fixé. Un jour, de l'écran, l'homme disparaît.
J'ai continué mon alphabet.

Plus tard, un soir de février. Qui a cliqué Framboise Parée? Tiens ! le voilà. On se connaît. Cette fois, ne pas laisser filer. Ce que j’aime, c’est marcher. Parcourt-il comme il nage ? Nos pas pourraient s’étalonner. Ferait-il un petit voyage ? J'avance un week-end d'arpentage. 
Mettre, tout simplement, un homme sur un visage, c'est un joli projet.
Une condition, la météo. Il me répond: "Il fera beau".
Bel adage. Prendre un billet? Le jour du J, ce serait samedi. Je me connais quand je déconne. Toujours seul ? Il ne sait. Même s'il m'a à la bonne, cela vaut-il l'empreinte carbone? Ou serait le soleil? Ici, ou Alonne? 
Allez, j'y vais.


*piscine de la Butte aux Cailles, Paris 13.

1 commentaire:

  1. Belle décision, je t'accompagne sur 50 mètres papillon...
    O.P

    RépondreSupprimer