mercredi 5 janvier 2011

le chameau et le couteau suisse

Le couteau suisse, objet multi-fonction, suit l' air du temps. Récemment, l'altimètre, la montre, la lampe de poche, le pointeur laser et la clef Usb ont rejoint, entre deux faces laquées de rouge, la lame courte, la lame longue, le cure-dents, le tournevis, le décapsuleur, la pincette, les ciseaux, l'ouvre boite, le tire bouchon et le poinçon.


"Quel rapport entre un couteau suisse et un chameau?".
 Il y en a un . Le lien, c'est le cadre. Le cadre dirigeant. 


Si vous ne deviez garder qu'un seul objet.***...
Si je devais n'en garder qu'un, ce serait, à coup sûr, mon rouge à lèvres carmin.
Le cadre dirigeant, lui, garde son couteau suisse. Pardi, bien que patron, on en est pas moins homme. Simple, viril, pragmatique.

Vos vacances préférées?
Je n'en sais rien. 
Le cadre dirigeant est plus déterminé. Lui, c'est le raid dans le désert, qu'il préfère aux vacances à la mer. Le sable n'est pas pareil. 


Deux fois par an, les cadres dirigeants retournent aux sources, recentrent leur énergie. Au Sahel, il font un stage de survie.
Les cadres dirigeants baroudent. Le couteau suisse, s'il engraisse les Helvètes, dégraisse les couennes.
Le couteau suisse est l'arme rouge, ornée d'une pure croix blanche, de notre conquérant. Sa croisade, c'est la méharrée. Le cadre dirigeant quête l'authentique. Enfin libre, il s'immerge en milieu grandiose, extrême, illimité. Le cadre a besoin d'espaces vierges, pour stimuler ses sens émoussés. La nature est hostile. C'est tant mieux. Il faudra en découdre, avec de vraies difficultés.
Enturbanné de bleu, narines ensablées, joues tannées, il  lave tous ses péchés. Le cadre décompresse. Le soir, éteint d'une saine fatigue, il fraternise. Ceux qui n'ont rien de trop, et s'en accordent, ils ont de la noblesse.Sur les photos, le cadre boit le thé, la main sur l'épaule de son chamellier, ou l'assiste, avec son couteau, dans les dures tâches d'un quotidien dépouillé. Le Touareg, si pauvre, comme chacun sait, abattrait sa seule chèvre pour un cadre affamé ! Pourtant, il n'a pas fait d'études. Il est tellement plus vrai qu'un salarié. Et même pas syndiqué. Notre homme est fasciné, et plein de plénitude. Là-bas, le cadre dirigeant retrouve, enfin, les valeurs de l'humanité. 


S'il y restait? Je rêve d'un cadre dirigeant raide dans le désert, otage abandonné. Pour étancher sa soif, contraint d'émasculer, avec son couteau suisse, la bosse nauséabonde d'un chameau, que grand prince, un Rebelle lui aurait laissé. 

2 commentaires:

  1. Un cadre dirigeant dit au salarié, j'ai offert ma femme une rivière de diamants et un décapotable pendant le Noël

    Le salarié demande au riche, pourquoi ces deux cadeaux ?

    L’ cadre dirigeant répond, bien si elle n'aime pas la rivière de diamants elle peut rouler au magasin et acheter quelque chose d'autre.

    Le salarié dit au type cadre dirigeant, bien j'ai offert à ma femme une paire tongues et un godemichet.

    Le cadre dirigeant demande pourquoi il a choisi ses deux cadeaux.

    Le salarié répond, je l'ai offert les tongues, si elle ne l'aime pas elle peut aller se faire mettre!

    RépondreSupprimer
  2. bon...je vais pas te censurer. Mais quand même, là...
    au fait.. t'es salarié, non?

    RépondreSupprimer