vendredi 3 septembre 2010

Samba, ou es-tu ?

Hier, j'étais une femme du monde. J'avais des rendez-vous.

Le premier n'était pas prévu. 
Je languissais, à la gare, pour un train qui ne partait pas. J'avais encore un quart d'heure, et je trainais dans un relais, devant les livres et les revues. Je m'ennuyais dans une jaquette, qu'il me semblait avoir déjà lue.
Soudain, un haut-parleur: Samba Massan' Dié est attendue à l'accueil. 
Samba, quel joli nom, si frais. Elle devait être belle. J'ai eu envie de la voir. Postée en face, j'ai décidé d'attendre. J'imaginais une jeune fille, arrivant en courant, robe fleurie, riant de sa galère, raconter, essoufflée, toutes ses péripéties. Deux gares dans la même ville. Des valises inversées, heureusement retrouvées. Des horaires facétieux, surtout non concordants. En remontant du quai, un voisin trop collant, une Samba trop polie...J'ai patienté longtemps.
Samba n'est pas venue.

Le second fut moins impromptu. 
Je rejoignais, à Paris, une femme que je n'avais jamais vue. A treize heures, elle était là, sous l'horloge. A la sortie d'un train, une jupe à pois, c'est souverain : elle m'a tout de suite reconnue. Frêle, avec les yeux clairs. Vivante, forte, précise comme une  jeune veuve. Deux petites heures, passées à partager , avec plaisir, notre précoce adversité. Avant, maintenant, comment c'était, ce qui s'est passé, comment c'est.
On s'est très bien entendues.

Après, c'était sur une passerelle.
Sur le Viaduc des Arts, mon garçon, avec sa petite bande. Il trouva que j'avais grandi. Dans le désordre, ils racontèrent Belle-Ile, la pêche à pied, la citadelle, les niniches et les caramels. Autour de la forteresse, on avait semé du gazon: ça amortit, parait-il, les boulets de canons. Mais Vauban, au fait, il est mort? Je m'en doutais. La pluie, la baignade interdite. Mais moi j' y suis allé.  Le dortoir, les monitrices, les salsifis, les petits rats dans leur terrier.
C'était bon de les écouter.

Le dernier fut moins gai, et l' homme s'est fait la belle.

Mais Samba, ou est elle?


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire