mercredi 22 septembre 2010

30 Retour aux fondamentaux


Laminée par une non-histoire, je reviens à la vraie.

Et ce matin, pour m'aider dans mon retour aux sources sûres, une lettre tombe à pic. Pas du ciel, mais d'une femme, retrouvée cet été. 
"je me souviens de ce jour d'hiver, nous étions allés avec les enfants faire un bonhomme de neige, dans le champ en pente. Il s'était absenté, pour revenir avec tout ce qu'un bonhomme de neige peut espérer, carottes persillées, boutons, écharpe et bedaine triomphante". Oui, je m'en souviens. Je me souviens aussi que ce champ était, d'ordinaire, un espace canin. Les enfants y étaient retournés, pour faire de la luge sur des sacs en plastique. Le manteau neigeux était mince. Ils étaient rentrés.... couverts de merde.
Il avait fait une crise magnifique.
"Sa vision du vivre libre", je m'en souviens aussi.
On parle aussi de moi, c'est bien!
"tes mots,ton appétit formidable",... que rien n'a pu combler depuis. 

Je ressors alors mes archives, pour relire, encore, ce que j'ai conservé. Je fais de l'eau.


"le rouge, couleur de l'humour, couleur de l'amour" . Oui.

"Son caractère, tout droit". Oui, encore oui.
"Et maintenant, c'est trop tard". Tu n'y pouvais rien, d'habiter si loin.
"Elle dort dans le garage, c'était avec lui, le truc avec la CX"
"C'est trop tard pour vous voir sur la Martin, rien que vous deux".
 Il la faisait aboyer sous le tunnel, et je pensais à Jimmy Hendrix.

"Ce jour là, tout ce que tu as dit était juste"
Tu sais, je n'ai pas eu à chercher.
"sa revanche sur les huissiers" 
Qu'est-ce qu'on a ri.
"je me souviens du hammam, et du touriste allemand qui s'était fait détruire, par un masseur turc impressionnant" 
Aussi.
"comment vous arriviez à tenir" . 
Moi, je sais pourquoi.
"il revenait sur des choses que j'avais dites plusieurs semaines avant".
Il était ton ami.

"je me souviens de lui, t'aidant pour ta jolie robe bleu gitane, de son ironie sur la vie, des ses décortications. Il a eu une belle vie à tes côtés. Un beau chemin tracé.
Tu peux compter sur moi".
Sur moi, de préférence, mais je sais que je peux te demander.
C'est ça qui compte.

"lui qui aimait tant montrer son pneu arrière"


.

Alors, cet après midi, cimetière.Je ne pensais pas que j'irais. Visite au monument minuscule, installé cet été, faute de pierre. Décidément j'ai bien fait, et il se serait marré. Kheops, Le Caire dans une jardinière. Solennellement géométrique, pas à l'échelle, un peu ridicule, inoxydable, parfait. C'est petit, mais au soleil, ça brille. Pour lire, il faut ajuster la lumière. On le voit de loin, ce petit objet,  j'ai peur qu'on me le pique. Je vais devoir surveiller. La pluie de la semaine dernière a fait sortir, du sable, des petits cailloux, et de l'herbe a poussé. Je laisse faire. Personne, je traîne. L'idée me traverse, assise, d'un bricolage incorrect, pour rire. Adossée à une colonnette, je m'en grille une tranquille.

1 commentaire:

  1. ... Restée sur Sa Fin...
    En aimer un autre, essayer,
    Pour goûter de nouveau à la vie.
    O.P

    RépondreSupprimer