vendredi 1 janvier 2010

Petit guide pour user des veuves

Ou comment s’en débarrasser

« au con la culpa »
Cornelius Nepos (-100629 av JC)



Pété, vous avez levé une veuve pas mal.Il vous pousse des ailes. Vous êtes plein de joie, de désir…et de compassion.Pourtant, tapie dans l’ombre, la menace est réelle : Vous lui plaisez !Ca craint du boudin. Vous regrettez.

Résistance !!


Mais si vous êtes un homme bon,
Vous n’êtes pas sorti de l’auberge

Comment faire ?


Vous dansez ; faites-la tourner, c’est comme ça qu’on tue les poules.
La veuve aime quand ça tourne.
Ca la grise.

Faites la boire. Mince, elle encaisse, elle doit se mettre en bière tous les soirs.
La veuve piccole ?

Couchez-la.
La veuve est insomniaque.

Trouvez lui une occupation. Sinon, elle parle. Pire,
La veuve veut qu’on lui parle.

Alors là méfiez vous.
Faites autre chose. Enfin bon merde quoi !
Elle crève de trouille et vous… ben vous êtes vraiment pété, dites donc*.
La veuve, parce qu’elle est veuve, a un problème d’estime personnelle.
Ne me demandez pas pourquoi il parait que c’est classique, c’est dans les bouquins. Pétée aussi, elle est convaincue d’être devenue une quiche au lit et que c’est de sa faute.
Sans le savoir vous avez marqué un point.
*si vos symptômes persistent, consultez votre médecin.


Comme Arnold, dites- lui

« I WILL BE BACK»


et barrez-vous. Chauffez-la bien avec un ou deux mails, puis laissez- la sans nouvelles.
La veuve est anxieuse.
Elle se Terminaterrorrisera en vous attendant.
Sans le savoir vous avez marqué deux points.

Revenez et faites le mort. Ne l’appelez pas, comme vous l’aviez promis. C’est une agitée du bocal…Elle se ronge, le doute s’installe ; elle en perd le sommeil et la raison. Supplications. Faites encore silence, puis assénez lui un texto laconique et pas fini, et rebarrez vous.
La veuve sait finir les textos.
Vous marquez trois points et cette fois, vous le savez.
Plus quatre points au larguage téléphonique, après ses quatre-vingt messages. Ca vous a coûté mais vous avez eu raison de confirmer.
Mi temps. Elle a un genou à terre, au lieu de se dire que vous êtes un bel enfoiré ( enfin bon, le prenez pas mal quoi, on a pas besoin d’en être un pour se comporter comme tel, et pis faut savoir ce que vous voulez, enfin je dis ça moi … bon, vous ne saviez pas et puis vous êtes crevé).
La veuve croit toujours que c’est de sa faute et qu’elle n’a pas assuré et tout et tout


Mais comme elle en a déjà bavé :
La veuve est pugnace
Crise, insomnies, incantations, vaudou, intervention dans l’antimatière, visite chez le coiffeur, ménage compulsif.


Le temps passe… Et elle vous rappelle.


Merde alors.

Elle paye pas le téléphone ? Pour elle, les explications, c’est gratos. Ca va durer, votre messagerie sature.
Pas le choix.
Rappelez la, mais pour en finir, pas pour être gentil !
Ne sous estimez pas votre adversaire.


La veuve veut comprendre.


Vous acceptez d’expliquer, et vous vous mettez dans une merde noire parce que


La veuve est compréhensive


et pleine d’affection pour vous et qu’elle prend les gens comme ils sont et tout et tout :


Ne lui dites pas
« Je ne suis pas le prince charmant »:
Elle le sait, le prince charmant est un con, il porte un collant et il pue le canasson, alors c’est pas grave !
Variante , dans les cas de veuves gravissimes :
Elle le sait, il est mort
Ne lui dites pas
« Tu n’es pas ma princesse »
Elle le sait : ayant dansé toute la nuit, elle avait une putain de gueule de bois , une haleine de chacal le lendemain, et vous aviez l’air content quand même. Il ne faut pas avoir l’air content, bordel !


Ne lui dites pas non plus
« Je suis un mec compliqué »*
Ca va l’exciter. Si c’est une veuve, elle est forcément torturée, et donc tortueuse. Donc elle aime les malades dans votre genre. Enfin bon vous voyez. Non ?


« Tu as encore besoin de temps »
Ça l’énerve, comme Helmut Fritz.


Ou encore
« Tu as la tête pleine de souvenirs »
Ça l’énerve aussi, les souvenirs elle en a ras la touffe.


« Tu vas comparer »
Ça l’amuserait peut-être, mais si l’autre était encore là.
La salope !


« Je ne suis pas prêt»
Elle ne voit pas trop à quoi, et s’en bat les ovaires. Pas grave, elle, elle est prête à tout !


*balancez votre bouquin d’analyse transpersonnelle, ça sert à rien .Ne le laissez pas trainer, elle va tomber dessus.


Changez de stratégie. N’allez pas la voir ! Trop tard.

Trempez-la dans l’eau…bof, pour elle, ça baigne.
La veuve sait nager.
Au moins, ça la calme. Ah, je vous ai vu vous avez encore l’air content. Vous n’apprenez pas vite ! plan B!

Vous jouez alors sur l’effet de surprise, elle ne s’y attendait pas. Allez, emmenez-la chez vous, et hop vite fait, et après vous la sortirez, et ciao, bons amis. Ouais, on sait, c’est une quiche, c’est dur. Faites un effort de concentration …
Bon là, elle ne sait plus trop ce qui se passe. C’est quand qu’on bouffe ? Après elle mouline et…
La veuve est optimiste.
Encore un coup de la résilience.
Pas de bol. Jusque-là rongée de doute, la veuve se met de nouveau à croire au temps, à l’effort de la construction, pour cueillir les fruits du persévérant apprentissage de l’autre dans l’amour et le respect. Plus jamais quiche ! Bientôt de nouveau, l’étreinte et le sublime !! Vous n’avez aucune raison d’être content .


La veuve est indécrottable.
Ne l’emmenez pas au théâtre ! Elle trouve ça classe, vous est reconnaissante, se dit que vous êtes dans le partage d’expérience, et cimente son attachement.
En plus elle pleure à la fin, elle n’ a pas dormi, et vous commencez à la trouver un peu moche : c’est vrai qu’elle n’est plus très fraiche. Barrez vous vite car…


La veuve a un redoutable plan secret.
Ne lui dites pas « on verra bien ce qu’on fera »
Elle, elle sait :
Elle veut un rencart
C’est là qu’on voit qu’elle vous veut vraiment du mal.
Et après, elle voudra un rencart, et après encore un rencart et encore un rencart et encore un rencart…

Jusqu’à ce que votre mort s’ensuive.

Ca vous énerve.

Ramenez-la chez elle et reprenez du début.
Refaites une fois le coup d’Arnold dans Terminator .
Balancez votre téléphone. Résiliez votre abonnement Internet, mettez un bonnet, changez de voiture, déménagez, jetez vous dans l’antimatière.
Si ça ne marche pas, rachetez vous un portable, faites lui un texto :


« svp je ne veux plus te voir ».

La grande classe.
Le svp est en trop , mais vous êtes un killer.
On est séchés. Respect.

Si elle vous retrouve,


butez-la.

AU CUL LA COMPASSION !!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire