lundi 25 janvier 2010

MA SEMAINE AVEC CHARLES

Fan de Gainsbarre, mais j'en ai marre. L'homme qui aimait les femmes*, merde, c'est Charles Denner.


Charles Denner, c'est avant tout une voix. Un film en couleur... une voix en noir et blanc qui pénétrait, de son rauque tabagique, mon âme, et le reste. Charles Denner, devant sa Remington. Charles Denner, et sa marche inquiète, sa gueule émaciée, son regard de traqueur malade. Charles Denner et la petite fille, en larmes, dans l'escalier, qui découvre grâce à lui, que pleurer, ça fait tout de même un peu plaisir.

Des mois d'oisiveté... Sauter le pas, affronter l' inévitable: le stage, sur tabouret ergonomique.
Un clapier, un formateur, un ordinateur: l'enfer, comme volontaire. Dix personnes, entassées. Salle aveugle, touches poisseuses, consoles glacées. Et que la fête soit complète, contenu  inepte.  Envie, tout de suite, de me carapater. D'aller dorer, au soleil, ma dévaluation professionnelle. Rejoindre la douceur de septembre. Tranquillement, sur un banc, un bouquin à la main, cultiver mon obsolescence, et laisser , à ces rats de clavier, leur promiscuité de gagneurs.
Courber l'échine, affronter les heures, le bras à angle droit, la main sur le rongeur? A ma  gauche, un homme. Ni charme, ni odeur. L'allure de l'emploi, que je lui promettais d'emblée, d'avenir et de surprises, dans un bureau d'études propret, sous-fifre cravaté d'ingénieurs après-rasés.
A neuf-heures cinquante, j'étais exangue, agonisante.

_"Si vous voulez, on va prendre un café".


Putain d'effet.
Cette voix, c'était bien  cet homme criblé d'acné, en jean beige, au pull en V,  qui répétait "si si, en bas, il y a une machine"....

Cette voix, c'était Charles.

Que voyait-il, une grande tige? Non, bien sûr, une petite pomme.
 Il était si bavard, que toute la semaine,


mes jambes furent des compas, et j'arpentais le monde.



*François Truffaut: l'Homme qui aimait les femmes. 1977. Voir, revoir. 
Le texte original est:"les jambes des femmes sont des compas qui arpentent le globe"

1 commentaire:

  1. je sais pas si c'est bien de cloturer ce blog; peut être en lisant tes derniers textes je vais comprendre...je t'en dirai un peu plus dans quelques moments
    Benoit

    RépondreSupprimer